Les tuiles

Les murs terminés, il est maintenant temps de poser les tuiles pour être hors d’eau.

Nous avons opté pour des tuiles doubles canal DC12 de chez Terreal.

Objectif

Poser le pare-pluie, les contre-liteaux, les gouttières, les liteaux et les tuiles.

Durée

3 jours à 3 pour le pare-pluie et les contre-liteaux

3 jours à 4 pour les liteaux et les tuiles

Quelques heures pour les accroches de gouttières et 4h par un professionnel pour le soudage et l’installation

Matériaux

Pare pluie HPV – 140m²
Contre-liteaux 40×45 – 250m
Liteaux 22×45 – 450m
Agrafeuse
Clous 9 et 7cm
Peigne d’égout
Gouttières zinc 25
Crochet zinc long 29cm
Tuiles DC12 vieille terre
Double de rive
Rive équerre gauche
Rive équerre droite
Tuiles chatière
Tuiles douile/lanterne
Support de lisse
Liteaux 6×4
Closoir ventilé 390mm
Tuile canal (faitage)
Vis cuivre
Sikaflex marron

Pas à pas

Le pare pluie

Comme mentionné dans l’article sur “Les murs Greb“, nous avons commencé la paille en février juste avant une période très pluvieuse. La bâche qui servait à ce moment là de toit, était en place depuis plusieurs mois et ne jouait plus vraiment son rôle. Résultat, nous avons mouillé une partie de la paille du premier mur et il ne nous semblait pas raisonnable de continuer ainsi.
Nous avons donc pris la décision, d’avancer un peu notre toit en posant la volige et le pare pluie.

Je parle de la mise en place de la volige dans l’article “La volige“.

Par dessus, nous avons déroulé un pare pluie HPV (Haute Perméabilité à la Vapeur d’eau) en commençant par le bas du toit, en recouvrant chaque laie de 15cm et en finissant à cheval sur le faitage. Pour le maintenir en place en attendant les contre liteaux, nous l’avons agrafé à la volige.

  • Pare pluie HPV
    Recouvrement des laies de 15cm

Les contres liteaux

Les contre-liteaux servent de lame d’air et comme il nous semblait important d’optimiser celle-ci notamment pour le confort d’été nous avons opté pour des sections de bois de 4cm de hauteur. Nous les avons fixé sur chaque fermettes avec des clous de 9cm (3cm repris dans la fermette).
Il n’est pas aisé de clouer dans les fermettes avec la volige, il faut ruser!

En bas de pente, les débords de toit rajoutés ne suivent pas l’axe des fermettes, il est cependant indispensable de clouer les contre-liteaux dedans pour la résistance à l’arrachement. Nous avons donc cloué des bouts de liteaux en décalés.

Les gouttières

Si vous nous suivez sur Instagram, vous avez vu que nous nous y sommes repris à deux fois pour l’installation des gouttières!

En effet, la première fois, nous avions opté pour des accroches en façade qui positionnaient la gouttière bien trop bas par rapport au fil d’eau des tuiles.

Nous avons donc recommencé, en clouant deux liteaux l’un sur l’autre en bas de pente sur les contre liteaux. Ces liteaux dit de “basculement” permettent aux tuiles dégout de garder la même pente que les autres.

Par dessus, en tenant compte de la pente de 1%, nous avons visé les crochets zinc long puis nous les avons pliés. La gouttière qui patientait sagement sur le toit a ensuite été remise en place. Elle ne s’est même pas dessoudée.

Enfin, nous avons vissé un peigne d’égout ou “stop piaf” par dessus les deux liteaux de basculement. Il empêchera par la suite aux oiseaux d’aller nicher sous les tuiles.

  • Accroche gouttière peigne égout

Les liteaux

Pour positionner le premier liteaux (au dessus de ceux de basculement), nous avons positionné une tuile en bas de pente de sorte à ce que l’eau s’écoule au milieu de la gouttière.

Les autres liteaux ont été fixé en fonction du pureau des tuiles.

Malheureusement, le jeu longitudinal ne nous a pas permis de tomber juste. Nous avons du recouper toutes les tuiles sous faîtière d’environ 10cm. Un travail long et fastidieux qui nécessite une grosse meuleuse, des lunettes et un casque de protection. Attention également aux incendies si vous faites ça en saison sèche. Nous avons frôlé la catastrophe!

  • Liteaux tuiles

Les tuiles

Le pureau

Grâce au pureau latéral et à quelques calculs savants réalisés par Abel, nous avons pu tracer des repères au cordex dans le sens de la pente toutes les 4 tuiles environs.
De cette façon, nous devrions éviter de faire des vagues disgracieuses en posant les tuiles.

Les rives gauche

Nous trouons des tuiles de rives gauche et quelques tuiles double canal aux endroits prévus. Une pointe et un marteau suffisent.

En partant du bas, nous positionnons ensuite une tuile de rive que nous vissons puis nous positionnons une autre tuile de rive et une tuile double canal et quand elles sont bien calées, nous vissons. Nous procédons ainsi jusqu’en haut.

Pour information, nous avons utilisé pour les tuiles de rives des vis cuivre avec joint intégré qui ne nécessitent pas de rajout de silicone pour l’étanchéité. En revanche, les premières double canal ont été vissées avec des vis classiques, nous avons donc rajouté une bonne couche de silicone par dessus

Les tuiles

Attaquons la partie physique!
Et encore une fois merci au tracteur!

Nous comptons combien de tuiles sont nécessaires sur la hauteur du toit entre deux traits de cordex et nous venons ensuite faire des tas de 6 tuiles environ, sur la rangée d’avant. De cette façon, nous n’avons pas eu besoin de déplacer les tuiles plusieurs fois et vu leur poids c’est fort appréciable.

Ensuite c’est assez simple, ils suffit de venir encastrer les tuiles les unes dans les autres en commençant par le bas de pente et en faisant attention d’arriver toutes les 4 tuiles sur le trait de cordex. De temps en temps, nous prenons de la hauteur au faîtage et nous vérifions l’alignement.

Les chatières

Les tuiles chatières permettent une bonne aération de la toiture et malgré notre lame d’air conséquente et le cloisoir ventilé, nous avons préféré en rajouter 5 de chaque côté.
Nico avait réalisé un petit calepinage sur l’ordi et nous les avions matérialisées sur le pare pluie pour ne pas les oublier.
Elles se posent pareil que les autres, en revanche elles sont un peu plus fragiles, nous évitons donc de marcher dessus.
Il faut également penser par la suite à coller au silicone la petite grille fournie avec, qui obstrue l’entrée et donc le passage des oiseaux.

Les douilles

Nous avons également prévu deux tuiles à douille et leur lanterne pour la VMC et la hotte aspirante de la cuisine.

Les double de rive et rives droites

Pour finir le toit côté droit, il suffit de procéder comme pour la rive gauche sauf que la tuile double canal est remplacée par une double de rive.

Le faitage

Tout d’abord, nous retraçons au cordex l’axe du faîtage qui n’apparait plus très clairement avec le pare pluie.

Puis nous plantons dans l’axe de chaque fermette, un support de lisse. Sorte de grande pointe qui supporte ensuite un liteau de 6x4cm, vissé sur les côtés.
Il faut veiller à ne pas trop les enfoncer pour ensuite pouvoir ajuster les niveaux.
Il faut également prendre une tuile faîtière pour modèle pour définir la bonne hauteur.

Nous n’avons pas utilisé l’accessoire “faîtière” de Terreal mais des tuiles canal classiques que nous avons percées puis vissées dans le liteaux de réhausse, sans oublier le silicone pour l’étanchéité.

Les frontons

L’accessoire “fronton” de Terreal est très cher et nest pas adapté aux tuiles canal qui nous ont servis pour le faîtage. Nous avons donc utilisé des tuiles plates que nous avons découpées à la meuleuse.

  • Tuiles Terreal DC12

Et voilà notre toit terminé, nous sommes hors d’air est ravies du résultat.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *