Du liège en veux tu, en voilà!

Quel isolant utiliser pour les soubassements? De nombreuses maisons font l’impasse sur cette partie.
Nous, nous avons opté pour le liège, un excellent isolant, d’origine naturelle et imputrescible.

Objectif

Isoler l’intérieur des parpaings et l’arase avec un matériau résistant à l’eau

Durée

1/2 journée pour la mise en place du liège en vrac

1 journée pour la découpe et la mise en place des panneaux de liège

Matériel

Sac de liège en vrac
Seau
Tasseau de bois
Panneaux de liège
Serre joint
Scie sauteuse
Ciment
Sable

La récolte

Le liège n’est autre que l’écorce du chêne liège. Poussant principalement dans le bassin méditerranéen, il protège l’arbre des insectes, du froid et des intempéries tout en lui permettant de respirer.

Le liège produit directement par l’arbre est le « liège mâle ». De couleur noire, d’une structure très irrégulière et d’une dureté qui le rend difficile à travailler, il sert de matériau d’isolation ou pour les sols. L’opération de démascalage ou première récolte du liège mâle à lieu quand l’arbre atteint une vingtaine d’années.

Après démasclage, le nouveau liège qui se forme est le « liège femelle ». Egalement appelé « liège de reproduction », régulier, moins dur et d’une très grande qualité, il est adapté à la fabrication de bouchons.

En utilisation raisonnée, la récolte du liège ne nuit pas à la bonne croissance de l’arbre.

Les propriétés

Cette écorce est constituée de plus de 40 millions de cellules au cm3 remplies à 89 % de gaz à prédominance d’azote très proche de l’air, dont la disposition des parois alvéolées et élastiques rappelle le nid d’abeille.

Ces caractéristiques particulières font de lui un excellent isolant thermique et phonique résistant à l’humidité, à la compression et aux insectes.

C’est également un matériau très léger, souple, peu conducteur et imperméable aux liquides.

De plus étant donné qu’il est renouvelable, nous pouvons le qualifier de matériau écologique.

Le liège expansé

Après prélèvement du liège mâle, cette matière première est réduite en granule puis expansée à la vapeur à haute température en four autoclave.

Les granules brunissent, se dilatent et s’agglomèrent entre elles grâce à la subérine, une résine naturelle qu’elles contiennent.

Le pouvoir isolant du liège expansé est obtenu grâce à l’air emprisonné dans ses cellules.

Les plaques de liège

Excellent isolant phonique, les plaques de liège, très denses, empêchent les vibrations sonores de passer.

Quelques chiffres:

Lambda du liège (conductivité thermique) : 0,040 W/m.K
Lambda du parpaing : 1 W/m.K
Lambda du béton plein : 1,8 W/m.K
R soubassements : 1,9 m².K/W
R arase : 4 m².K/W
Densité: +/- 110kg/m3
Coût du liège en vrac (sac de 18kg): 40€HT
Coût du liège en panneaux (5x50x100cm) : 20,71€/m²HT

Pas à pas

Du liège en vrac entre nos parpaings

Entre la première rangée de parpaing, nous avons simplement inséré des cailloux 20/40. En effet, il faut faire des choix et étant donné que la première rangée sera enterrée à environ 50cm sous terre, nous avons décidé pour une question de coût, qu’il n’était pas indispensable de l’isoler et nous l’avons comblé avec du 20/40 qui est incompressible et qui limitera donc le tassement au fil du temps.

Au dessus, entre la deuxième et troisième rangée de parpaing, nous avons comblé l’espace avec du liège en vrac, des granulés de quelques centimètres de diamètre qui sentent le fumé et qui proviennent de chez SNIC (Suber Naturel Isolant Calorifuge).

Nous avons rempli et vidé des sceaux sur la hauteur d’un parpaing puis avec un tasseau de bois nous avons vibré l’ensemble. Nous avons ensuite rempli jusqu’à quelques centimètres du haut et nous avons revibré. Enfin, nous avons comblé les quelques centimètres restant et nous avons tassé pour éviter que le liège ne s’envole sans trop compacter les granulats non plus.

Il faut veiller à ce que le liège ne dépasse pas trop du troisième parpaing pour faciliter la mise en place par la suite des panneaux de liège.

Liège en vrac

Image 1 of 7

Des panneaux de liège au centre de notre arase

Nous avons veillé tout au long de nos travaux de maçonnerie à contrôler fréquemment le niveau des parpaings pour pouvoir réaliser par la suite une arase la plus petite possible et limiter ainsi ce pont thermique difficile à gérer.

Après avoir posé notre dernier parpaing, il s’avère que nous n’avons que quelques millimètre de niveau à rattraper, nous réaliserons donc une arase de 6 cm, minimum qui nous semble nécessaire pour ensuite fixer notre lisse basse.

L’arase qui permet d’avoir une surface plane pour démarrer l’ossature bois est réalisée en béton, un bien piètre isolant (cf. article sur l’arase). Nous avons donc eu l’idée pour limiter ce pont thermique, de placer au centre, au dessus des parpaings, une plaque de liège de 15cm de large par 5cm de haut.

En effet, notre lisse basse qui sera posée à plat sur les deux extérieurs des murs, mesurent 10cm. Le “vide” restant central de 25 cm au milieu qui nous permet d’isoler avec les panneaux de liège.

Les panneaux de liège commandés mesurent 50cm de large. Nous avons découpé des bandes de 15cm pour l’arase. Les morceaux de 35 cm restant serviront dans un second temps à renforcer l’isolation à l’intérieur des parpaing. Nous verrons cela dans un second temps, au moment du hérisson ventilé (cf. article sur le hérisson).

Pour la mise en place, c’est simple! Nous avons axé les bandes de 15cm sur le liège en vrac et nous les avons fixées avec un peu de mortier. De cette façon, elles ne devraient pas bouger au moment de couler l’arase.

Rapide, facile, léger et même si c’est un peu cher, nous sommes pour le moment satisfait de notre choix.

Etiquette des panneaux

Image 1 of 8

2 Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *